Accueil > L’anthologie > La Poésie > Les lapins > Henri Thomas : “Rue Monsieur-le Prince, le soir”

Henri Thomas : “Rue Monsieur-le Prince, le soir”

Publié le 30 octobre 2014

Une poignée d’octosyllabes pour nous ramener du côté d’une jolie rue de Paris, où il arrive à la police de tuer un étudiant, où vécut Blaise Pascal et où Les Trois Luxembourg continuent de briller dans une nuit à la Modiano. Les lapins, fussent-ils aussi pascaliens (ah ! ce cachot qu’est toute condition humaine !) que ceux d’Henri Thomas, moi, j’en ai jamais vus ; je guetterai mieux les soupiraux une prochaine fois…

Rue Monsieur-le-Prince, le soir…

(Signe de vie [1944] d’Henri THOMAS [1912 - 1993])

.

Rue Monsieur-le-Prince, le soir,

un passant s’étonne et regarde

par un soupirail éclairé

de l’École de Médecine,

il pensait voir des macchabées,

or il voit des lapins vivants,

quelque assistant blousé de blanc

studieusement examine

les petits museaux innocents

qui frémissent aux ouvertures

des cages, cherchant la nature.

.

Poésies, Gallimard/Poésie, Paris, 1970

JPEG - 61.3 ko
Henri Thomas
Réalisation : Philmass | Adaptation du Theme Keepitsimple pour SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License