Accueil > Les œuvres > Projets en cours > Poésies > Du Lyrisme > Un air des Smiths.

Un air des Smiths.

Publié le 29 mars 2015

Coincé dans un embouteillage,

j’écoute les Smiths.

Me revoilà dans mon cher âge

— des années jadis.

.

La vie aussi belle

qu’un téléphone immobile ! On

ne ressentait qu’elles :

musique et danse à l’unisson.

.

Il faut haïr la nostalgie.

N’y songer jamais.

Et balaie avec énergie

l’or que tu semais.

.

Il y a des rides

dans le reflet de la vitre. Or

je ne me décide

pas à changer, changer de corps.

.

Le passé ne passe plus guère,

à peine cet air

qui nous vint un jour d’Angleterre

en guitare et vers ;

.

la jeunesse danse

au loin, et tous ses bals sont morts

désormais : des stances

me répètent leur long remords.

.

Fin de l’air. Comme une seringue,

mon mobile... il pleut...

me pique au cœur... Je ne distingue

à peine qu’un peu...

.

il pleut... qu’un tissage

de bruits. Allô ! C’est fait ! Je sors

de l’embouteillage.

Vers le futur en plein essor.

Réalisation : Philmass | Adaptation du Theme Keepitsimple pour SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License