Accueil > Les œuvres > Projets en cours > Quelques nouvelles nouvelles… > Duel

Duel

Publié le 9 avril 2016

Marcel faisait les cent pas autour de la Porte de Hal. Ce monument médiéval prenait sous les lumières de la lune, de l’aube et de la ville une couleur de carton-pâte — un décor. Et en effet, Marcel se disait qu’il était au théâtre ; qu’il s’était fait berner par ce nonagénaire dont le visage osseux et le nez d’aigle étaient couronnés d’une toque.
Derrière lui, deux amis faisaient aussi les cent pas, tapotant leurs doigts sous leurs aisselles. Cette journée de printemps commençait bien froidement, se dit Marcel, dont les pensées s’échappèrent de sa bouche sous la forme d’un phylactère. Il gelait presque, le jour des élections se levait.

Cette toque l’avait intrigué quelques heures plus tôt : n’était-ce qu’un gros canular ? Marcel ne savait pas encore pour qui voter. Il avait passé en revue chaque parti, s’était enflammé tour à tour pour l’un et puis pour l’autre, reniant tour à tour l’un puis l’autre, pour en revenir finalement à sa situation initiale : le vote blanc. C’est d’ailleurs la blancheur des cheveux du vieillard qui avait attiré son regard tandis qu’il sirotait des trappistes sur le parvis de Saint-Gilles.

Des cheveux, ses yeux avaient glissé autour de la toque pour retomber le long du nez et de l’ossature du visage.

« Vous voulez ma photographie ? — Nullement, répondit Marcel, mais votre look compassé m’intrigue. Je me disais, sans trop savoir pourquoi, qu’en vous observant j’arriverais à me décider pour qui je ne voterais pas tout à l’heure. — Mon look ? Blanc-bec, vous mériteriez que je vous tue pour vous apprendre à vivre. — Comme il vous plaira ! — Soit. Je vous attends à la Porte de Hal ! À l’aube ! Deux témoins. Et je me charge des armes. »

Marcel riait de plus belle, ses amis s’esclaffèrent. Le vieillard avait disparu. Tous burent encore plusieurs trappistes à mesure que tournaient les aiguilles.

Il allait se dire que la blague avait assez duré quand un taxi se gara devant le monument. Le vieillard à la toque étant l’offensé, il tirerait le premier ; l’aporie politique de Marcel aurait enfin trouvé une issue.

Réalisation : Philmass | Adaptation du Theme Keepitsimple pour SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License