Accueil > Les œuvres > Projets en cours > Poésies > Un petit sac de cendres > Un petit sac de cendres

Un petit sac de cendres

Publié le 1er janvier 2018

Trois extraits du futur recueil, à paraître au printemps 2018.

XXIV — Bubulus bubb

Ci-bat mon cœur — un petit sac de cendres
issu du livre écrit par le Hibou
dans son vieux belge épicé dont le pouls
a battu par Lys, Escaut, Meuse ou Dendre.

C’est un roman de traits et de méandres,
où les bourreaux égorgettent les cous
de tous coquins sans honte ni tabou ;
c’est un roman bon pour vous faire pendre.

Ça pue le sang, la police, le fer ;
y brûlent polissons qui, gais et fiers,
boutent les mots du monde hors de leurs lignes.

Langue de police ou de polissons ?
— sage hibou choisira sens et sons,
dont il sait qu’aucun ne compte pour guignes.

XXXVI — Wannsee

De l’Île aux Paons
nous faisons — verte
bande, eau inerte —
le tour charmant.

Au gré du vent,
les paons se lancent
des léons qu’en ce
lieu tout entend.

Et bleu de Prusse,
ce ciel qui eut
des teintes russes

couvre Wannsee
de son tissu
chic sans trouée.

XLVI — Enid Blyton, Le Club des Cinq

Dans cette austère classe à côté du vieux poêle
Tandis que des odeurs de cuir, de pieds, d’aisselles
Donnent plus d’épaisseur à la cinquième année
De ta vie en primaire le Maître avec son col
Et sa cravate propres vous demande soudain
Quel est le livre que vous avez déjà lu
Le trouble se répand sur vous tous comme poudre
L’un dit Verne Dumas articule un autre et

Toi au bord du gouffre tu ânonnes un nom
Croisé sur une tranche rose : Enid Blyton.

Réalisation : Philmass | Adaptation du Theme Keepitsimple pour SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License